Archives de catégorie : Chweched

Tisseuse – PA§2

Dans la hutte, les différents tissages déjà terminés pendent un peu partout, accrochés par des fils au plafond. Ils tournent et s’entrechoquent en un cliquetis discret mais continu.

Des herbes aromatiques se consument lentement dans l’âtre central,  dégageant une douce fragrance rappelant les odeurs de la forêt qui embaume l’atmosphère.

En tailleur sur une peau de bison tannée, je termine le tissage d’un Grand Hibou qui m’a été commandé par la Plentyn en personne. Elle fait des rêves étranges depuis plusieurs nuits, et cet ouvrage l’aidera à rassembler l’énergie des esprits afin de mieux comprendre la signification de ses songes.

Pendant que mes doigts s’activent agilement à assembler les fils pour former le motif si souvent exécuté, mon esprit s’élève vers le ciel et les puissances qui nous entoure. Car, si le tissage est un artisanat délicat, il est avant tout l’art de sentir les harmonies pour les allier à l’ouvrage.

Un chant continu s’élève de ma gorge sans que j’y aie vraiment réfléchi. Il m’aide à me concentrer, à ressentir et à vibrer avec mon environnement.

Je le devine déjà, ce tissage sera puissant !

Passage à l’âge adulte – PA§2

Les tambours résonnent. Le chant de mes frères les accompagne et s’élève vers le ciel en une longue litanie qui résonne en moi jusque dans mes os. Les danseurs s’élancent avec fougue autour de l’immense flambée au centre du camp. Leurs ombres se déforment et s’étirent en un ballet étrange. Je vois leur contour changer pour prendre l’apparence de nos esprits ancestraux : Tarnuelle, esprit de l’eau, Mapun, esprit bison, Bovor, esprit serpent…

La Plentyn de la harde, Ehawee, s’avance vers les flammes. Elle est telle Betse, l’esprit de l’aigle, et des passages, qui accompagne les grands changements. Elle porte une tenue rituelle couverte de plume. Sa prestance n’a pas d’égal, elle est impressionnante. Toute la harde, qui s’est réunie autour du feu pour cette occasion, retient à présent son souffle. Les chants et les tambours se sont tus. Alors, la voix de notre Plentyn s’élève dans le silence de la nuit, puissante et claire.

«  En cette nuit sacrée entre toute, nos enfants qui sont présent devant vous tous vont avoir la chance et l’honneur de commencer leur rituel le plus important de leur vie. Ils ont montré leurs connaissances et leur savoir-faire à la harde durant leur apprentissage, cette initiation prend fin aujourd’hui, avec leur consécration. »

La harde pousse une clameur commune, un seul cri d’approbation qui s’élève dans les ténèbres qui nous entoure. Ce cri me traverse de part en part. Il me fait vibrer et me transcende. Je me sens faire partie intégrante de cette horde, qui à ce moment précis n’est plus une masse d’individus différents, mais bien une seule et même entité reliée par ce simple son.

La Plentyn se tourne alors vers nous et nous scrute, comme si son regard pouvait nous transpercer pour lire en nos cœurs.

« Mes enfants, cette nuit vous allez nous quitter pour rentrer dans le monde des esprits. Un long pèlerinage vous attend, durant lequel nous espérons que vous trouverez votre guide, celui qui vous accompagnera et vous conseillera toute votre vie, votre animal totem ! »

Nouvelle acclamation de toute la harde. Un frisson me parcours l’échine. Je suis fier d’être ici ce soir !

La Plentyn nous fait signe d’approcher au centre du cercle. Elle passe devant chacun d’entre nous, plongeant ses doigts dans le bol contenant la peinture rituelle, avant de nous les passer sur le visage. Maintenant, nous sommes prêts à affronter notre destin.

Le cercle autour ne nous s’écarte, pour nous laisser un passage vers la plaine. Lentement, je m’enfonce dans les ténèbres.