Olaf – PA§2

Origine

La tribu Olaf fut la dernière à partir. Le dernier né, Straff, était un homme doux et protecteur. Benjamin d’une famille d’hommes et de femmes aussi valeureux les uns que les autres, il avait appris l’humilité, à ne pas confondre avec la faiblesse, car aucun de ses frères et sœurs ne pouvait le battre à mains nues une fois qu’il avait décidé de se battre.

Sans se retourner, il partit vers le nord. Sa course fut brève, car rapidement ses yeux captèrent les traces d’un troupeau d’antilopes sauvages qui courait vers l’est. Straff était un homme sage et simple. Dès son plus jeune âge, il avait pour habitude de récupérer les chiots qu’il trouvait pour les élever. A présent il avait toute une meute avec lui, dressée pour la chasse et la protection de son maître. D’un seul corps, hommes et chiens se mirent en chasse après ce troupeau qui assurerait leur subsistance et la possession de cette terre de chasse.

Et enfin, Straff tua sa première bête. D’autres chasseurs prirent des proies, et le clan pu se repaître et revendiquer ses terres.

La traque les avait menés plus haut dans le nord, mais le territoire de la Olaf prend fin au sud là où commence Gaer Ectalis.

Fidèle à son serment, Straff et la tribu protégèrent la ville de son père. Nul homme aux mauvaises intentions ne peut y pénétrer, et cependant, nul Olaf n’a jamais foulé du pied le sol de Gaer Ectalis.

S’ils sont physiquement séparés, les Olaf et les Cyntaff restent liés, et ils sont liés à toutes les tribus. Le jour où l’envahisseur viendra, et que Gaer Ectalis sera le dernier bastion de notre peuple, Olaf sera présente, debout et irascible, et nul ennemi ne pénètrera en cette cité tant qu’un Olaf sera encore vivant !

Notre tradition s’est marquée par les hauts faits et les passes d’armes; nous pourrons vous chanter les exploits de Meindaf, le grand guerrier qui tint une armée seul pendant quatre jours, ou bien de Ulgir, dit la montagne, qui empêcha les guerriers de l’Yrail de rentrer dans Gaer Ectalis lors d’une guerre entre les deux hardes, ou encore la légende de Naavy, la légendaire chasseresse qui hantait les frontières de nos territoires de chasse, et qui traquait quiconque faisait mine d’entrer… oui nous possédons des centaines de grandes histoires, et nos nuits d’hiver sont scandées par les tambours glorieux de nos ancêtres qui nous montrent la voie de l’honneur et des combats.

Signes distinctifs

Nombreux tatouages sur tout le corps, cicatrices rituelles sur les bras et les joues. Un tatouage similaire à tous : une griffe sous l’oeil gauche. Certains des guerriers les plus redoutables ont les yeux rouges.

Organisation sociale

Le peuple de la Olaf est lié par deux principes inaliénables : l’honneur et la protection. Celui qui ne respecte pas ces deux crédos se verra immédiatement puni ou chassé, selon le degré de gravité de son entorse.

Aussi loin que remonte notre mémoire, nous sommes marqués par un serment qui est gravé dans nos âmes et notre chair : nous devons préserver la Cyntaf, empêcher quiconque de l’abattre, et lorsque toutes les hardes seront tombées, lorsque les derniers représentants du peuple des plaines se seront réfugiés en Gaer Ectalis, alors nous serons les derniers debouts, et nul étranger ne souillera le sol de Gaer Ectalis tant qu’il y aura un Olaf vivant !

Au sein de la Olaf, les mariages se font par le combat. Un homme pour épouser la femme qu’il désire doit sortir victorieux d’une grande mêlée où rentrent tous les prétendants de la dame. La nuit avant le mariage, le mari et l’épouse s’affrontent dans un dernier duel.

Les rorkals connaissent un bon accueil, faisant souvent de bons combattants et des travailleurs robustes.

La vie au sein de la harde est âpre. Le travail y est dur et manuel, les mots directs et francs. Le mensonge est la pire des compromissions, et voir quelqu’un faire preuve de lâcheté ou de malhonnêteté est impensable.

Le combat est la base de toute chose au sein de la harde. Hommes et femmes se battent avec la même ardeur, mais à des tâches différentes. Le combat étant au coeur de tout, on apprend à l’enfant à se battre avant de savoir tanner le cuir, soigner les chevaux ou chasser les bêtes. Hommes ou femmes, tous sont égaux quand il est question de tenir notre ancien serment.

C’est d’ailleurs par un duel d’honneur que le Vaelrys obtient sa fonction, et ce jusqu’à ce qu’il perde un duel contre plus ambitieux et plus puissant que lui. Cela a conduit souvent la Olaf à être dirigée par un Vaelrys brutal et possédant des désirs de conquêtes, mais malgré tout, le serment qui lie la Olaf aux alentours de Gaer Ectalis est plus puissant que tout.

Religion

Leiff est un grand dieu, garant de la mémoire de la Harde. Certains racontent que le serment qui lie chaque enfant de la Olaf à la guerre provient des actions de celui-ci.

Le tatouage est un acte religieux. On ne tatoue pas n’importe quoi et n’importe comment, les choses doivent avoir un sens. C’est le plentyn qui effectue ces tatouages, en accord avec la tradition et les esprits.

Betse, l’esprit-griffon, est également beaucoup vénérée au sein de la harde. En effet, il n’y a pas de plus grand honneur pour un Olaf de tomber au combat.

Economie, secteur d’activité

Le combat fonde le coeur de la Olaf, mais elle fait également son économie. Mercenaires parfois, la Olaf répond cependant à un code de l’honneur strict. Ils ne s’engagent pas si le motif de la guerre est jugé déshonorant ou déloyal, ils ne s’engageront jamais contre la Cyntaf, par ailleurs jamais ils ne pénètrent le territoire de Gaer Ectalis, et ils n’entreprennent pas d’actions de pillage ou de destruction de biens à la demande de leur employeur.
Ces conditions étant remplies, il est possible de dire sans mentir que les Olaf sont les mercenaires les plus redoutables et les plus brutaux des habitants des plaines.

Personnages importants

Plentyn, Selik sabots de fer

Vénérable de la harde, il est plentyn depuis des décennies. Il considère que le respect des traditions et la promesse à Leiff prévaut sur tout le reste, ce qui l’a souvent mené à avoir des discussions plus qu’animées avec les Vaelrys successifs. C’est un tatoueur reconnu même dans les autres hardes.-

Vaelrys, Thrain sang-noir

Connu pour être un guerrier implacable, il a mené ses guerriers les plus téméraires au sud et en est revenu avec de nombreux souvenirs sous forme de cicatrices. Il est réputé être à cheval sur l’honneur et les traditions, et comme tout guerrier il supporte mal qu’on remette en doute son jugement.

Vu par les autres hardes

La Olaf forme une harde guerrière et brutale. Si leur sens de l’honneur est réputé et connu par tous, il est également reconnu qu’il n’est pas partagé par tous, et que quelquefois un guerrier de la Olaf demandera en duel d’honneur quelqu’un pour une faute que personne n’aura comprise. Avec le temps, ils ont donc gagné une réputation de guerriers imprévisibles, mais cependant lorsqu’un Olaf fait un serment, on peut être certain qu’il mettra le contivent à feu et à sang plutôt que se dédire.

Armes et objets de prédilection

Les guerriers de cette harde se battent principalement au bouclier et à la hache. Boucliers de cuir renforcé, parfois de bois pour les plus valeureux.

GN de l'association ReNainSsance.