Valcourbe

Valcourbe

Valcourbe est le royaume des canyons et des cascades. Les longues rivières encaissées dans des canyons plus ou moins profonds, dont les méandres se rejoignent pour mieux se diviser, laissent parfois découvrir des mesas de tailles et surfaces variables.

Les mesas sont les lieux d’habitation privilégiés par les habitants de Valcourbe, difficiles d’accès, mais très accueillantes. Quand on est à leur sommet ; pour y accéder de longues lianes pendent depuis les bords jusqu’à atteindre les cours d’eau. De nombreux petits animaux vivent dans les entrelacs des lianes. Les abondantes cascades sont dues aux différences de hauteur entre les canyons, des villes écluses sont situées en amont des cascades afin de permettre aux navires de continuer leur route sur le cours d’eau.

Origine

Située au sud des Royaumes des hauts plateaux, Valcourbe ne s’est pas créé en un jour.

Les anciens dieux, sentant leur pouvoir s’affaiblir faute de croyants et de dévots, séparèrent les hommes des hauts plateaux en plusieurs royaumes et leur confièrent la lourde tâche de recréer une civilisation. Par une nuit noire, les anciens dieux choisirent dix personnes qu’ils considéraient comme les plus aptes à guider leur peuple. C’est ainsi que de la plaine principale se sont dispersés les élus choisis par le Hérault, chacun chassant et traquant leur animal.

Naturellement attiré par les animaux rapides et venimeux, Crusor choisit le scorpion. Il vit en cet animal le symbole de son autorité, les pinces pour retenir ses ennemis et l’aiguillon pour les condamner. Cet homme puissant, arrogant, fier et valeureux pensait récupérer l’animal en un rien de temps et montrer au Hérault que les dieux ne s’étaient pas trompé en lui confiant cette tâche. Cependant l’animal excellait en rapidité et il ne se laissa pas attraper facilement.

Crusor a parcouru pendant des années les terres du sud, dévalé des rapides et remonté des chutes d’eaux pour qu’enfin, à l’aube d’une nuit glacée, l’animal décide d’y installer sa couche. C’est alors que du haut du canyon le plus élevé l’on prête à Crusor ces quelques mots :

« Les années passées à arpenter le monde m’ont montré à quel point je me suis trompé sur le sens de la vie. Regardez autour de vous, contemplez ces rivières, ces étendues d’eaux, ces cascades enchanteresses. Sentez le vent sur votre visage, écoutez le chant de Talith et d’Aega. Tout semble être en harmonie, le temps semble n’avoir de prise ici. Nous nous installerons ici, nous construirons les plus belles écluses et cultiverons les plus belles épices. Et nous serons en paix. »

Et c’est ainsi que les premières mesas furent installés et que les premières écluses furent construites.

Aujourd’hui Valcourbe est un havre de paix situé entre Taleseaux et Vertebutte. L’odeur de l’encens et de l’épimin emplissent les vallées, ses habitants sont devenus des hédonistes profitant de chaque moment que la vie leur donne.

Signes distinctifs

Les habitants de Valcourbe vivent à plusieurs en communauté dans des mesas surplombant des canyons et rivières.

Les hommes et les femmes sont de stature robuste, le travail dans les champs étant leur principale activité. Ils se vêtissent d’habits clairs, de grands pantalons bouffants et de chemises larges. Leurs cheveux regroupés en dreadlocks descendent généralement le long de leur dos.

Symbole de leur puissance économique, les habitants de Valcourbe consomment à outrance de l’épimin, épice qu’ils sont les seuls à pouvoir cultiver dans les royaumes à cause de leur situation géographique. A force de consommer de l’épimin la couleur de leurs yeux est devenue jaune.

Organisation sociale

Les habitants de Valcourbe régissent la vie de leur Royaume en fonction des différentes communautés. Les communautés sont déterminées par les reliefs géologiques, canyons ou mesas. Chaque communauté est composée de plusieurs plantations, abritant en moyenne une douzaine de personnes, la plupart du temps faisant partie de la même famille. Le représentant de  famille, la plupart du temps le père, fait valoir sa voix auprès de la communauté à chaque saison lors de réunions, que certains appellent « conseil » et décident en votant à mains levées des principes à suivre pour l’année.

Tout leur mode de vie est régulé par les saisons. Peu actifs en hiver, les habitants de Valcourbe sont d’excellents conteurs. Le printemps est la saison des semences et l’été celle de la récolte. Le reste de l’année est consacré aux prières lancinantes, aux plaisirs de la chair et au commerce de l’épimin. Pour autant, il ne faut pas les considérer comme un peuple souple et docile, Valcourbe possède de redoutables guerriers et l’inhalation d’épimin leur confère une force et une résistance hors du commun. Le sang de Crusor coule encore dans les veines de chaque membre des communautés.

Ce qui permet aux différentes communautés d’être un tant soit peu liées entre elles, ce sont les bateaux-écluses qui effectuent des trajets le long des différents fleuves des canyons présents sur tout le Royaume. Les bateaux-écluses ont plusieurs fonctions au sein du Royaume.

De plus comme l’épimin est recherchée par de nombreuses personnes dans tout le contivent, certaines plantations ont subi des tentatives de vol ce qui a obligé les plantations les plus riches à engager des mercenaires pour les protéger. Bien que quelques-unes des tentatives aient réussi, il n’y a aucune autre source d’épimin sur Erheness.

Religion

Valcourbe vénère principalement Talith et Aegea.

Talith symbolise la fertilité. Particulièrement vénérée par tous les travailleurs de la terre, elle a le don de donner la vie et d’ensemencer les terres. Il est dit que de ses jambes coulent les flots fertiles qui viennent irriguer les terres, et c’est à Valcourbe que cette image prend tout son sens.

Talith est à l’origine de la vie, elle l’a donné ne connaissant ni la haine ni la pitié. Elle est toujours représentée sous les traits d’une femme en train d’accoucher, mais son image est changeante comme les naissances. Le principal souci de Talith est de permettre à ses fervents de survivre, en leur apportant bonnes moissons et saisons clémentes. Elle veille également sur la santé de tous les animaux et de chaque plante. On peut retrouver dans chaque champ d’épimin des cercles de culture dédiée à Talith, faisant office de sanctuaires éphémères pour la durée d’une récolte. Des prières lui sont adressées à chaque fois que l’on rencontre ce type de circonvolutions, qu’elles soient d’origine humaines ou inexpliquée.

Aegea, dite la Dame du désespoir et de l’Eau Vive. A l’origine, Aegea régnait seule sur son royaume. D’un tempérament exigeant, elle se plait à tester la témérité et le courage de ses fervents en leur envoyant milles maux. Elle a une haine profonde pour la vie, le bonheur et la bonté. C’est une déesse cruelle qui ne connaît ni la pitié, ni le pardon, ni la compassion. On la représente comme une femme à genoux, le visage dans les mains desquelles s’échappe un liquide bleu sombre. Elle est en directe opposition avec Talith et ses temples servent uniquement à lui apporter des offrandes afin de calmer sa colère et sa folie. Quelques sectes la vénèrent et entretiennent ses temples alors que les personnes essayent de s’en éloigner le plus rapidement possible.

Economie, secteur d’activité principal

La principale activité économique de Valcourbe est la culture de l’épimin. L’épimin est une épice qui ressemble à du cumin mais qui possède plusieurs propriétés en fonction de la manière dont on le prépare. Etant donné la qualité de son sol, de l’exposition constante aux effluves des eaux et aux étés extrêmement chauds, seule la terre de Valcourbe est capable de produire cette épice.

Ils gèrent également de grandes écluses permettant aux bateaux de transit de passer en Taleseaux et en Vertebutte. Les marchands désireux de traverser le Royaume au moyen des bateaux-écluses sont toujours les bienvenus, moyennant une partie de leur marchandise pour paiement auprès des capitaines.

Personnalités importantes

Bittati Crusor, Cheftaine de Valcourbe

Elle est reconnue comme une des descendantes de Crusor, pourtant elle n’a pas la prétention d’être plus que ce qu’elle est déjà, la guide d’une petite communauté d’une cinquantaine d’âme, perchée en haut d’une mesa. D’un naturel avenant, elle est toujours prête à ouvrir sa porte à des inconnus quitte à prendre des risques quant à la teneur de leurs intentions. Elle est  une fervente d’Aegea et on peut fréquemment la voir sortir du cours d’eau au fond du canyon, nue et recouverte d’une boue rougeâtre.

Dumuzi, marchand et propriétaire terrien

Ridicule mais riche… Très riche, c’est vraiment la première impression que donne Dumuzi. Couvert de joyaux de Malpic et Ventedru, habillé de peaux venant de Vertebutte et arborant fièrement des atours en fer pur de Tombelhiver, il fait grand étal de ses richesses. Il sait s’entourer des meilleurs et a su miser sur les chariotteurs express issu de Ventedru pour envoyer son épimin partout où l’on pouvait en vouloir.

Nésa, Prêtresse de Talith

Elle est la représentante parfaite de Talith et elle est à la tête du plus grand réseau d’écluse de tout Valcourbe. Elle est connue de tous les cultivateurs d’épimin par la grande qualité de l’eau qu’elle réussit à fournir pour faire pousser de l’épimin en quantité et de bien meilleure qualité. Pour autant, chacun sait que ses services ne sont pas gratuits et elle ne demande pas d’être payée rubis sur l’ongle, elle préfère jouir d’une longue liste de faveurs auxquelles elle fera appel un jour ou l’autre.

Perception du royaume par les autres royaumes

Les autres royaumes considèrent le royaume de Valcourbe comme un lieu de débauche. S’adonnant aux plaisirs de la vie les habitants de Valcourbe ont une réputation de nonchalance. Pourtant depuis quelques années, la qualité martiale des protecteurs des plantations d’épimin est reconnue par tous, bien que certains l’attribuent à la consommation immodérée d’épimin. Les capitaines sont réputés pour faire payer à la faveur de leurs envies, puisqu’il n’y a pas vraiment d’autre moyen de traverser le Royaume que par un bateau-écluse.

Armes et objets de prédilection

Le bâton renforcé par des plaques de métal aux extrémités est l’arme la plus utilisée.

Une bourse d’épimin est toujours accrochée à leur ceinture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GN de l'association ReNainSsance.